Vidéo – Zimbabwe : un Chinois tire sur ses employés pour avoir réclamé leur salaire

La fusillade des travailleurs zimbabwéens par un patron chinois est la preuve des abus « systématiques et généralisés » auxquels sont confrontés les locaux dans les opérations minières chinoises, selon la Zimbabwe Environmental Law Society (ZELA).

Dans un affidavit présenté au tribunal, la police a déclaré que Zhang Xuen avait tiré sur ses employés et en avait blessé d’autres dans la mine qu’il dirige dans la province de Gweru lors d’une altercation pour des salaires impayés.

 

 

CHOISI POUR VOUS:
Commandes de tests Covid pour les pays africains : Le sale jeu d’une multinationale américaine

Zhang est accusé de tentative de meurtre, a déclaré le porte-parole de la police du Zimbabwe, Paul Nyathi.

 

Selon les médias locaux, Zhang ne s’est pas prononcé sur sa culpabilité car il n’y avait pas d’interprète agréé au tribunal. Il restera en détention jusqu’au 7 juillet au moins, selon le rapport.

 

La fusillade a eu lieu la semaine dernière lorsque le mineur Kenneth Tachiona a confronté Zhang après qu’il a refusé de payer son salaire comme convenu, selon l’affidavit.

CHOISI POUR VOUS:
Leila Koné, 2e dauphine Miss Côte d’Ivoire 2019, n’est plus !

 

Zhang a alors sorti son arme et lui a tiré dessus trois fois à la cuisse droite et deux fois à la cuisse gauche.

 

D’après la police, Zhang a tiré sur d’autres travailleurs, et l’une des balles a effleuré le menton d’un membre du personnel. Les travailleurs blessés sont soignés dans un hôpital privé.

 

L’ambassade de Chine au Zimbabwe a décrit la fusillade comme un incident isolé et a déclaré qu’elle était en faveur d’une enquête ouverte et transparente des autorités locales.

CHOISI POUR VOUS:
Mali : Le Pm annonce un "gouvernement d'ouverture" après 4 morts

 

« Les éventuels actes illégaux et les personnes qui violent la loi ne devraient pas être protégés. La Chine et le Zimbabwe ont une amitié et une coopération de longue date. Nous appelons toutes les parties concernées à la préserver avec jalousie et prudence », a écrit l’ambassade dans une déclaration sur Twitter.