Profil de Abdou Mbow : “Kirikou“ est petit, mais il est vaillant !

Abdou Mbow, vice-président de l'Assemblée nationale

A 44 ans, Abdou Mbow est le premier vice-président de l’Assemblée nationale. Sans base électorale, le député apériste s’est employé toujours à défendre le parti et son chef, partout et tout le temps. Polémique, attaques, répliques… le porte-parole adjoint de l’Apr a toujours avancé, yeux bandés, pour se faire une place au soleil dans un champ politique impitoyable. Kirikou est petit mais…

La photo a fait le tour de la toile : Abdou Mbow surplombé par la taille géante de Moustapha Cissé Lô. Comme David et Goliath. C’est Kirikou comme on le taquine dans l’espace politique. Mais, il aurait mérité aujourd’hui un refrain du chanteur «Kirikou n’est pas grand, mais il est vaillant !» Et peut-être même que le Président Sall se dit à un moment donné : «Kirikou est petit, mais c’est mon ami !» Même l’impertinent caricaturiste, Ibou Fall, a été surpris hier à l’annonce du choix porté sur le porte-parole adjoint du parti présidentiel dans la préséance du Bureau de l’Assemblée nationale. Et s’il vous plaît avec le clin d’œil moqueur illustré par la photo Cissé Lô-Mbow. «Abdou Mbow qui remplace Cissé Lô, c’est le grand nain porte quoi ?» Exquise cette trouvaille du grand railleur du P’tit railleur. Il n’est certes pas corpulent mais il n’est plus un nain en termes d’existence politique. Son arme ? Une légitimité médiatique qui lui a permis de se poser comme un des proches collaborateurs du Président Macky Sall. Polémiste à souhait, Mbow, d’un style assez téméraire, n’a pas peur d’en découdre avec les opposants. Cogner, accuser, attaquer, Abdou Mbow d’une voix de stentor, «aboie» à l’Hémicycle et ailleurs. Du Ppc de feu Mbaye Jacques Diop à l’Apr, le député a toujours su se rendre incontournable en intégrant les sphères de décision du parti. Abdou Mbow, c’est l’histoire d’un responsable en manque de légitimité électorale à Thiès où nombre de responsables du Pds et de l’Apr peinent à se mettre sur les rails. C’est Idrissa Seck qui y mène la danse, même si son électorat s’érode d’élection en élection.

1er vice-président pour les Locales ?
Mbow est un apériste qui a très tôt identifié ses faiblesses en politique et a fait en sorte que ses qualités soient plus visibles : le terrain médiatique. Journaliste de formation à l’Issic, il a cerné le domaine de la communication comme tremplin pour se donner une chance en politique. Et il n’est pas loin de réussir son pari. Prenant les rênes de la Convergence des jeunesses républicaines (Cojer), il est investi sur la liste nationale de Benno bokk yaakaar en 2012. Sa verve le conduira au poste de 3ème vice-président à l’Assemblée nationale. A juste 36 ans ! Malgré cela, il essuie une défaite dans sa quête à la mairie de Thiès face au leader de Rewmi lors des Locales du 29 juin 2014. Profil bas, le jeune Abdou Mbow va rebondir et se rattraper avec le référendum lors de la victoire du Oui et une défaite du président du Conseil départemental de la Cité du Rail. Son duo avec Siré Dia, directeur de la Poste à l’époque, va confirmer cette tendance avec une victoire de Benno bokk yaakaar sur Manko taxawu senegaal lors des Législatives du 30 juillet 2017. Oui, on croirait que Abdou Mbow est devenu grand en politique. Il devient même porte-parole adjoint de l’Apr. Mais l’histoire bégaie. Les démons ressurgissent. La Présidentielle va rappeler à Abdou Mbow que l’homme politique est jugé avant tout sur ses performances électorales. Idrissa Seck ne fait qu’une bouchée de Abdou Mbow, Siré Dia, Ramatoulaye Guèye Diop et consorts. Relégué à un poste de président de la Commission des affaires étrangères, il aurait, selon des camarades de parti, perdu la confiance du Président Macky Sall. Un an plus tard, celui qui a obtenu en 2017 un Master en «Politique et Management potentiel en Afrique» à Sciences Pô Paris bénéficie d’un concours de circonstances pour revenir en force. Né le 9 janvier 1976 à Thiès, Abdou Mbow s’offre un nouvel élan dans sa quête de base politique. Ça tombe bien en direction des Locales.

Le Quotidien