Attentats : Nice, Lyon, Avignon… plusieurs attaques en quelques heures en France

Emmanuel Macron, président de la France
Emmanuel Macron, président de la France

En l’espace de quelques heures ce jeudi, pas moins de trois attaques se sont produites ou ou été déjouées en France. Aucun lien n’a pour l’instant été mis au jour entre ces différents actes.

 

Moins de deux semaines après l’assassinat sauvage de Samuel Paty à Confans-Sainte-Honorine (Yvelines) par un extrémiste russe d’origine tchétchène, l’horreur a de nouveau frappé la France ce jeudi matin vers 9h, à Nice. Un homme armé d’un couteau s’est introduit à l’intérieur de la basilique Notre-Dame de la préfecture des Alpes-Maritimes, déjà meurtrie par un attentat jihadiste en 2016, et a attaqué des paroissiens. Trois personnes ont été tuées : le sacristain de la basilique et deux fidèles venues prier. L’une de ces deux dernières a été égorgée.

L’assaillant, âgé de 25 ans, a crié «Allah Akbar» avant d’être blessé lors de son interpellation et d’être transporté à l’hôpital. Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête, tandis que le plan vigipirate a été porté au niveau «urgence attentat» sur l’ensemble du territoire national.

Quelques heures plus tard, une deuxième attaque a eu lieu à Avignon (Vaucluse). Vers 11h15, un homme de 33 ans a menacé des passants dans la rue avec une arme de poing de type pistolet, avant de faire de même contre des policiers arrivés sur les lieux. Il a été abattu après «avoir foncé sur eux avec son arme», a expliqué un porte-parole de la police d’Avignon à l’AFP. L’agresseur était suivi pour des problèmes psychiatriques. «On s’écarte de la piste islamiste», a indiqué à l’AFP dans l’après-midi le parquet d’Avignon. Selon les informations du Monde, l’assaillant aurait menacé un commerçant maghrébin, lui indiquant qu’il appartenait «à Génération identitaire», un groupuscule d’extrême droite.

A peu près au même moment, à Lyon, un homme armé d’un couteau de 30 centimètres a été arrêté. Il «semblait prêt à passer à l’acte», a assuré à l’AFP Pierre Oliver, le maire du 2e arrondissement de la cité du Rhône. Cet afghan de 26 ans était connu des services de renseignement pour islamisme radical, selon Le Figaro. Il a été placé en garde à vue pour «port d’arme prohibé et menaces avec arme».

La France a également été visée ce jeudi matin en Arabie Saoudite. Dans le contexte de colère au Moyen-Orient contre Emmanuel Macron, un Saoudien a attaqué au couteau un vigile du consulat français à Jeddah, dans l’ouest du royaume. «L’assaillant a été appréhendé par les forces de l’ordre saoudiennes immédiatement après l’attaque», a écrit l’ambassade française dans un communiqué. «Le vigile a été transféré à l’hôpital et ses jours ne sont pas en danger», a-t-elle ajouté.

CNEWS