Ablaye DIONE de NDINGLER crie son désarroi: « Babacar NGOM DINA MA SOUL SI KAMBEU GUI MOU GASS »

Des visages consternés et sidérés. Les habitants de Ndingler ont manifesté leur indignation envers le Directeur de la SEDIMA Babacar Ngom qui revendique 80 hectares aux villageois dans cette localité située dans le département de Mbour, arrondissement de Fissel Mbadane. L ‘ancien chef de village Abdoulaye DIONE a témoigné avec quelques habitants du village; ils réclament les terres de leurs aïeuls qui appartiennent à 40 familles d’agriculteurs et d’éleveurs.

Le litige foncier ininterrompu entre les villageois de Ndingler et le directeur de la SEDIMA continue de faire échos. A en croire le témoignage d’une victime, le patron du groupe SEDIMA était accompagné par le maire de la commune de Ndiaganio pour négocier avec les indigènes mettant en avant des postes de santés, des infrastructures…  Les villageois ont refusé deux millions de Francs CFA que la fille du directeur de la SEDIMA, Anta Babacar NGOM leur a donnés sous forme de gratification.

CHOISI POUR VOUS:
Plusieurs groupes criminels mis hors d’état de nuire


<
Le patron du groupe de la SEDIMA avait déjà entamé ses travaux. Un trou profond était creusé pour plonger dans un abattement total les villageois qui avaient déjà fait leurs semences.« Qu’il le veuille ou non ces terres nous appartiennent » a certifié une habitante du village de Ndingler.

La fille de Babacar NGOM avait fait une publication sur Facebook pour justifier juridiquement le titre foncier attribué par le Président de la République.
« Le fond de terre, ainsi acquis, la SEDIMA a entamé la procédure de normalisation et de sécurisation auprès des autorités compétentes en vue de sa transformation en un titre foncier en respectant toutes les règles administratives en la matière » a t’elle éclairé sur sa publication avant de la supprimée quelques minutes plus tard.

CHOISI POUR VOUS:
Un technicien du bloc opératoire de Sokone victime d’un grave accident de travail

Les habitants du village de Ndingler ne sont pas prêts à lâcher l’affaire affirme le chef de village. Même si ces démunis vivent dans la misère ils demeureront toujours des récalcitrants face aux usurpateurs.