5 des mythes et légendes africains les plus effrayants

5 des mythes et légendes africains les plus effrayants

L’Afrique est une terre de grands espaces et il existe de nombreuses tribus de personnes qui vivent encore aujourd’hui plus ou moins comme elles l’ont fait pendant des siècles, voire des millénaires. Leurs traditions orales vivent avec eux sous la forme de merveilleux mythes et légendes africains, des histoires racontées encore et encore au tour des feux et transmises de génération en génération.

Voici cinq mythes et légendes les plus effrayants.

1. L’arbre mangeur d’hommes de Madagascar

, 5 des mythes et légendes africains les plus effrayants

Les arbres dans la tradition africaine sont généralement de bonnes choses ; les gens ont besoin de bois de chauffage, les chèvres mangent les feuilles, les abeilles et les oiseaux y font leurs nids, les tambours et les bateaux sont fabriqués à partir du bois. Des grands arbres auraient des esprits qui protégeraient les gens.

Cependant, à Madagascar, il existerait un arbre qui utilise ses branches pour attraper les gens, puis ouvre son écorce et les avale tout entier – et les amis et les parents entendent la victime chanter une chanson d’adieu de l’intérieur du tronc. La seule façon de les sauver est de payer une redevance au pic pour qu’il utilise ses pouvoirs magiques et son bec acéré pour ouvrir l’arbre et libérer la personne piégée.

2. Oi, l’esprit de la maladie

Les Suk du mont Elgon, dans l’ouest du Kenya, vivaient comme une tribu de puissants guerriers et chasseurs, dont la réputation, au XIXe siècle, était plus féroce que celle des puissants Masaï-Sambourous. Cependant, ils ont décidé de changer complètement leur mode de vie et sont descendus dans la vallée de Kerio pour devenir de paisibles éleveurs de bétail. Dans leurs croyances, la maladie ou le mal-être d’un individu est attribué à l’esprit de la maladie, Oi, et il doit être expulsé pour que la personne se rétablisse. Pour ce faire, ils croient qu’ils doivent d’abord vider la maison de la personne malade, de sorte que lorsque les prêtres viennent chasser l’esprit malin, il n’aura plus rien à cacher. Lorsque quelqu’un meurt, la mort « infecte » sa hutte et la famille déménage après y avoir enterré les morts et s’être rasé la tête en signe de deuil (bien que le deuil ne se poursuive que jusqu’à la prochaine nouvelle lune).

CHOISI POUR VOUS:
Présidentielle du 31 octobre en Côte d'Ivoire : La grosse révélation de Guillaume Soro sur la liste des candidats

3. La vie après la mort ?

, 5 des mythes et légendes africains les plus effrayants

L’un des mythes et légendes africains les plus populaires est celui qui a longtemps été raconté sur la tribu Yoruba du Nigeria, où l’on s’attend à ce que les gens retournent au clan sous la forme d’un nouveau-né, et où l’on peut déterminer qui est un enfant par sa ressemblance avec la personne d’origine. Un garçon qui ressemble à son grand-père paternel sera appelé Babatunde (« le père est revenu ») l’équivalent féminin étant Yetunde (« la mère est revenue). Au moment de sa mort, l’esprit d’une personne peut rendre visite à des parents pour les informer de la mort imminente, qu’il ressentira même de loin comme une présence froide. Le plus étrange, cependant, est leur croyance selon laquelle si une personne meurt jeune, son fantôme peut aller dans une autre ville et y vivre comme s’il n’était pas mort, et même épouser une femme vivante qui ne se rendrait pas compte qu’il est déjà mort ! Finalement, la « dernière heure » arrive et l’homme meurt une seconde fois, la femme, vraisemblablement, ne sachant pas qu’elle a été mariée à un fantôme…

CHOISI POUR VOUS:
La réouverture "sans délai" de la frontière de la Guinée avec le Sénégal exigée

4. Les esprits des Kikuyu

, 5 des mythes et légendes africains les plus effrayants

L’une des légendes africaines les plus célèbres est attribuée à la tribu Kikuyu du Mont Kenya, l’esprit d’une personne peut être une chose terrible. Après la mort, cet esprit, « Ngoma », devient un fantôme, et si la personne a été assassinée, le Ngoma poursuivra celui qui l’a tuée jusqu’à ce que le meurtrier sorte de sa cachette et se livre à la police, l’emprisonnement étant considéré comme une meilleure option que de continuer à fuir un esprit vengeur ! Les esprits des anciens sont particulièrement craints, c’est pourquoi leurs rituels d’enterrement sont exécutés méticuleusement pour s’assurer que les esprits ne sont pas contrariés ; heureusement, les personnes moins importantes ont des esprits moins dangereux.

CHOISI POUR VOUS:
Complicité d'avortement : La maman de Sidiki Diabaté arrêtée

5. L’origine des éléphants

, 5 des mythes et légendes africains les plus effrayants

Comme les éléphants sont aussi intelligents que les humains, la tribu Kamba du Kenya pense qu’ils seraient issus de l’homme. Selon leurs croyances, un homme très pauvre a consulté quelqu’un appelé Ivonya-Ngia (« Celui qui nourrit les pauvres ») pour obtenir de l’aide afin de soulager ses problèmes ; bien qu’on lui ait offert du bétail et des moutons, il a refusé le cadeau, demandant plutôt qu’on lui dise comment devenir lui-même riche. On lui a donné un flacon de pommade pour qu’il la frotter sur les canines de sa femme, attendre qu’elles aient poussé puis les extraient et les vendre.

Cependant, lorsque les dents de la femme ont poussé, elle a refusé de le laisser les enlever. Par conséquent, son corps a grossi et sa peau est devenue épaisse et grise, jusqu’à ce qu’elle sorte de la hutte et s’en aille, allant vivre dans la forêt comme un éléphant. Son mari lui rendait visite dans la forêt, mais elle a refusé de rentrer et le moment venu elle a eu plusieurs enfants en bonne santé, tous des bébés éléphants également, formant ainsi le premier troupeau.

 

« BOKK GUÈL »: Le policier El Capo accusé d'avoir fait emprisonner Latyr Mbaye à une peine de 10 ans